« Hacking Citoyen » : un kit citoyen anti-surveillance

Comment maîtriser les traces que l'on laisse sur internet ? Comment éviter d'être filmé chaque matin par des caméras de surveillance sur le chemin de son travail ? Entretien avec le designer Geoffrey Dorne autour de son projet "Hacking Citoyen".
Article par : Mael Inizan


Comment maîtriser les traces que l’on laisse sur internet ? Comment éviter d’être filmé chaque matin par des caméras de surveillance sur le chemin de son travail ? En bref, comment déjouer les excès de la société de surveillance ? Geoffrey Dorne est designer graphique et chercheur à l’EnsadLab de Paris. Le 1er juin dernier, il présentait, dans le cadre des rencontres de Fabelier, Hacking Citoyen, son projet de diplôme à l’ENSAD. Réalisé il y a deux ans, en plein cœur du débat sur l’Hadopi, Hacking Citoyen semble pourtant toujours autant d’actualité aujourd’hui, à l’heure des débats sur le filtrage du web, de la généralisation de la vidéo-surveillance, des publicités ciblées et de la montée de mouvements de contestation.

Hacking Citoyen allie graphisme et hacking pour proposer des solutions permettant d’échapper aux excès de la société surveillance, en ligne comme dans le monde réel. L’ambition de Geoffrey Dorne n’est pas d’aller à l’encontre de l’État, mais de redonner aux citoyens une part de choix : le choix de décider lorsqu’ils acceptent d’être filmé, lorsqu’ils consentent à être fiché ou à partager leurs informations personnelles. Le designer a ainsi réalisé cinq prototypes d’outils Open Source, dont il partage le mode d’emploi et les secrets de fabrication : une carte collaborative qui recense les caméras de surveillance, un portefeuille qui rend silencieuses ses cartes à puce RFID, des accessoires qui éblouissent les caméras de surveillance et deux clés USB qui contiennent des solutions pour protéger ses informations personnelles. Des outils que les citoyens sont invités à s’approprier, à améliorer ou re-détourner pour leur inventer de nouveaux usages. Nous avons rencontré Geoffrey Dorne pour une présentation en détails de ce kit citoyen anti-surveillance.

Retrouvez également l’interview de Geoffrey Dorne en live, jeudi 23 juin à 17h15, sur Silicon Radio.

M4PS.net : une cartographie collaborative de la vidéo-surveillance

« J’ai commencé cette carte en 2009, mais c’était dans l’air du temps. Le Post.fr et Owni ont fait la même chose l’année suivante. À l’époque, je m’étais inspiré d’initiatives qui avaient eu lieux au États-Unis. J’ai commencé par Paris, en localisant à la main sur une carte les informations recueillies auprès de la police. J’ai lancé cette carte en proposant aux gens de participer, en signalant les nouvelles caméras publiques, mais également les caméras privées, comme celle des magasins ou des copropriétés. L’idée que j’ai appliqué dans l’ensemble de mon projet, était de se dire : “tu as ton smartphone et lorsque tu vois une caméra, tu peux vérifier si elle est sur la carte et le cas échéant l’ajouter avec une photo et une description de sa localisation (au dessus de la sortie de l’école, du numéro 63 etc.) et du type de caméra (factice, infrarouge, omnidirectionnelles, longue portée)”. Cette carte permet ainsi de localiser les caméras autour de soi. »

« On aurait même pu aller plus loin, en associant une fonctionnalité qui permettrait de générer des parcours sans caméras. Est-ce qu’il est possible aujourd’hui d’aller de République à Bastille sans se faire filmer ? On peut même imaginer des jeux : en arrivant à destination tu marques tant de points si tu n’as pas été filmé. Au contraire, tu perds des point dès que tu rentres dans le champs de vision d’une caméra. Enfin, parmi les projets que je n’ai pas présenté, j’avais également eu l’idée de distribuer des ballons gonflés à l’hélium pour aller les placer devant des caméras. Il y ce côté un peu festif et joyeux que je trouve très positif. »

ID-Key et AlbaKey : protéger sa vie privé en ligne

« L’ID-Key permet de générer une identité aléatoire sur internet, pour protéger une partie de son anonymat. L’idée était de créer un outils super pratique. Je branche ma clé USB et boom!, j’ai une nouvelle fausse identité disponible : un nom, un prénom, un numéro de téléphone, un compte Twitter, un profil Facebook, une adresse mail, une photo (dont les yeux et le nez sont automatiquement modifiés), une vidéo personnelle, une icône et une adresse postale… J’avais même ajouté des numéros de carte bleue avant de les retirer, car c’était un peu délicat. Ces fausses identités doivent permettre de remplir des formulaires de manière anonyme, tout en conservant l’identité sous laquelle on l’a remplit. L’idée est également de sensibiliser : pourquoi toujours utiliser son vrai nom et ses vraies données sur internet. C’est ça aussi la liberté sur internet. Je touche du bois, pourvu que ça dure. »

« J’ai également conçu une clé USB anti-Hadopi. Je l’ai appelé la AlbaKey, en hommage à Christine Albanel (ministre de la Culture en 2009). C’est une blague qui n’a fait rire que moi, même si j’en étais très fier. Cette clé USB intègre une petite interface avec une batterie de logiciels et d’outils pour protéger ses données (outils de filtrage des IP, de cryptage des mails, Firewall, réseaux P2P sécurisés etc.). J’ai associé à chaque logiciel un mode d’emploi très simple, en 10 étapes. Une vidéos des débats autour de la Hadopi à l’Assemblée Nationale, avec Christine Albanel et les députés Jean-Pierre Brard et Patrick Roy est associé à chaque programme,. J’ai sélectionné des extraits pour amener les gens à protéger leur ordinateur, tout en se renseignant sur ce qu’il se passait à ce moment là. On peut entendre Christine Albanel parler de Peer-to-Peer, du Firewall sur Open Office, mais également des choses plus sérieuses, plus profondes. »

 

Objets infrarouges : éblouir les caméras de surveillance

« Protéger sa vie en ligne ne suffit pas. Il faut également pouvoir détourner les système de surveillance dans la rue. Les caméras de surveillance utilisent des projecteurs infrarouges pour filmer la nuit. J’ai voulu détourner ces projecteurs et les utiliser pour neutraliser les caméras. La lumière infrarouge est invisible à l’œil nu, mais elle permet par contre d’éblouir une caméra. En créant un halo lumineux autour de son visage visible uniquement sur une vidéo ou une photo, l’objectif était de rendre beaucoup plus difficile son identification par vidéo-surveillance. J’ai acheté exactement le même matériels que celui qui est utilisé pour la vidéo-surveillance : des projecteurs infrarouges pour caméra. L’idée était d’utiliser des diodes pour en faire presque des objets de mode qui passent inaperçu. Je les ai démontés puis ré-assemblés pour réaliser plusieurs prototypes, avec des designs amusants sur des bonnets, des sweats à capuches, des broches. Ce sont des prototypes rapides sur lesquels je n’ai pas énormément peaufiné le rendu. Mais pour moi, c’était important que l’esthétique ne prenne pas le pas sur la démarche. »

« Avec la loi sur l’interdiction de la dissimulation du visage dans l’espace public, ça devient très drôle. On ne cache pas véritablement son visage, mais on échappe en partie aux systèmes de surveillance. J’ai malgré tout placé un interrupteur sur chacun de ces objets. L’idée était de dire : “vous choisissez quand vous voulez être filmé et vous avez toujours la possibilité de dire non“. Je pense que ce projet pourrait ressortir bientôt. Imaginons une manifestation où tout le monde porterait de telles diodes… C’est évidement quelque chose qui marche encore mieux quand beaucoup de gens les portent. »

« Il y a encore beaucoup de choses à inventer avec ces diodes infrarouges. On peut par exemple imaginer les utiliser pour diffuser des messages qui ne serait révélés qu’en photo ou en vidéo, sur des t-shirt, dans des manifestations ou dans des lieux touristiques… »

Porte-cartes silencieux : protéger ses cartes à puce RFID

« Les puces RFID sont des puces présentes sur de nombreux supports (cartes de transport, cartes étudiantes, passeports…) et qui contiennent des informations souvent personnelles. Au départ, elles étaient conçues pour les marchandises, pour le suivi les caisses dans les entrepôts. Leur intérêt est de pouvoir être lues depuis des bornes à distance sans aucune activation. On a étendu leur usage aux humains, mais elles ne sont pas du tout sécurisées. Le porte-cartes que j’ai réalisé reprend le principe de la cage de Faraday, une boite en métal dans laquelle les ondes rebondissent, et sont brouillées. Ce porte-cartes se compose de plusieurs couches d’aluminium. C’est très fin, on peut le plier dans tous les sens, mais ces différentes couchent protègent les informations contenues dans les puces. Une fois que que le portefeuille est fermé, les ondes se réverbèrent entre ces couches. Il permet à son possesseur de choisir à quel moment il accepte que sa carte soit lue. »

« J’avais également eu cette idée pour les téléphone, mais elle avait déjà été réalisée et je n’ai pas voulu la refaire. Il existe déjà des chaussettes pour téléphone, qui brouillent les ondes et empêchent le réseaux de passer. Au départ, ces chaussettes avait plus été conçues pour protéger des cancers et des risques liés aux ondes. Mais, elle permettent également de ne plus être localisable. Par contre, tu ne peux plus rien recevoir. C’est comme si tu avais éteint ton téléphone. »

« Il y a un an, j’ai repris sur mon blog un billet d’un blogueur intitulé Pourquoi je veux que ma fille soit une hackeuse ? Dans ce post, il explique simplement qu’il souhaite que sa fille soit capable de se débrouiller dans tout les cas de figure, en s’appropriant les outils pour les détourner et en faire ce qu’elle veut. C’est une philosophie que je trouve extrêmement positive. »

À lire également sur Silicon Maniacs :

Tags: , , , ,

--------------------------------------------




Pour sortir un article il faudra lui passer sur le corps. Mael ne rigole pas avec la technique journalistique. Son parcours dans le monde impitoyable des médias lui permet d’acquérir une rigueur désarmante. Après avoir fait ses premières armes dans la PQR bretonne, Rue89, LeMonde.fr, Liberation.fr et avoir décroché son premier poste chez Satellinet, Mael fait le choix du frisson en intégrant une rédaction under construction (...)

No comments yet.

Leave a Reply