Biohacking : Hacker le vivant ?

Jusqu’où hacker l’individu ? C’est à cette question que tenteront de répondre les participants aux conférence et aux ateliers de Faire / Savoir le Web qui aura lieu le 26 mai à la Cantine.
Article par : Quentin Bruet-Ferréol


Et si l’on pouvait pirater le corps humain ? Rêve de cyborg, le biohacking désigne les expérimentations biotechnologiques qui cherchent à manipuler le vivant. Aussi appelé biologie de garage, biopunk ou Do-it-yourself biology, le biohacking a pour objectif de se réapproprier la machine humaine et, peut-être, de percer le code universel du vivant. Alors, le biohacking : rêve ou réalité ?

C’est à cette question que tenteront de répondre les participants aux conférences et aux ateliers de Faire / Savoir le Web qui aura lieu le 26 mai à la Cantine : jusqu’où hacker l’individu ? A l’heure où les transhumanistes multiplient les prédictions parfois fantaisistes, le concept de la conférence consiste à confronter le «savoir», les grands discours sur l’avenir, et le «faire», les ingénieurs capables, aujourd’hui, de dire ce qui est possible et ce qui ne l’est pas. Silicon Maniacs apporte sa pierre à l’édifice en présentant les 3 cas pratiques du 26 mai.

Cas pratique #1 : parlez-vous dauphin ?

Rêve / Avec Un animal doué de raison, Robert Merle rêvait déjà de communiquer avec nos amis les dauphins. Année 60 oblige, la solution qu’il avait alors entrevu était de leur apprendre l’anglais… Pas terrible. Aujourd’hui, les nouvelles problématiques du langage tournent davantage autour des secrets du codage de l’information : existe-t-il un code universel ? Des 0 et des 1 qui nous permettrait de dialoguer avec notre chien ? Dans le transhumanisme, sous la plume d’un Kurzweil par exemple, l’être humain est une machine biologique. Admettre cela revient ainsi à élargir le spectre du “post-humain” à d’autres espèces comme les mammifères les plus intelligents : robots et animaux. Imaginez une société où dauphins, singes, rats et animaux humains vivraient en harmonie ?

Réalité / Communiquer avec les dauphins, c’est déjà possible. Et oui : intelligents, ceux-ci peuvent être amenés à comprendre certains de nos gestes pour accomplir des pirouettes et impressionner les touristes. Mais si les dauphins sont suffisamment intelligent pour nous comprendre, l’inverse n’est pour l’instant pas tout à fait vrai… Cela fait des dizaine d’années que des scientifiques tentent de percer le secret de ce langage, en vain (voir ce dossier exhaustif) ! Aujourd’hui, aux Etats-Unis, des scientifiques américains du Wild Dolphin Project se sont plongés dans le langage de nos amis les dauphins avec une idée originale : au lieu de chercher à imposer notre langage, pourquoi ne pas co-créer un langage avec les dauphins ? Le Dr. Denise Herzing, fondatrice du WDP, et Thad Starner, chercheur en I.A, ont conçu un ordinateur sous-marin capable de reconnaitre et de localiser les «discussions» des dauphins. Utilisant des hydrophones pour repérer les sons, et des LED pour en indiquer la direction, la machine est ensuite utilisée pour rejouer certains sons et observer la réponse. L’idée : fournir aux dauphins l’un des huits mots créé par l’équipe pour désigner certains objets précis comme “algues” ou “poissons”. Les dauphins pourront-ils les répéter et les utiliser ? Cela permettrait ensuite au Dr. Denise Herzing de pouvoir cataloguer toutes les variables phonique du chant des dauphins et, peut-être, en percer la grammaire tant espérée. Finalement, c’est la machine qui jouera le rôle d’intermediaire entre nos deux espèces !

Cas pratique #2 : Jusqu’où hacker l’humain ?

Rêve / Pour les Transhumanistes, pas de doutes et, surtout, pas de limites, l’être humain doit se fondre dans la machine : il faut hacker le vivant pour créer des cyborgs à l’intelligence décuplée ou, alors, uploader son esprit dans le cyber-espace. Cette dernière possibilité est rendue possible par l’espoir presque millénariste de l’apparition de la Singularité. Selon les prédictions de Ray Kurzweil, la Singularité, qui doit apparaître aux environs de 2045, est à la fois une entité et un moment Historique lors duquel l’intelligence des ordinateurs dépassera celle du cerveau humain. Mais est-ce souhaitable ? Cela ne risque-t-il pas de décupler les inégalités ou, pire, de rendre l’être humain obsolète ? Selon Hugo de Garis, chercheur en I.A, l’apparition d’une intelligence artificielle divisera le monde et déclenchera une guerre, provoquant des milliards de morts, explique-t-il dans The Artilect War (2005). Et oui, toutes les prédictions transhumanistes ne sont pas positives ! Hugo de Baris poursuit en posant la question de la domination des espèces par des intelligences artificielles qu’il appelle artilects. Cela risquerait de déclencher la gigadeath, la troisième (et sans doute dernière) guerre mondiale. Dans ce cadre, on pourrait s’interroger : faut-il ouvrir la boite de Pandore du biohacking ?

Réalité / Mais, concrètement, le cyborg, on en est où ? “Pionnier”, “aventurier”, “guignol”, les adjectifs ne manquent pas pour désigner Kevin Warwick, l’homme que les medias ont, dès 1998, baptisé  : “le premier cyborg”. Après s’être implanté une puce RFID sous la peau, Kevin Warwick s’implanta une puce interfacée avec un nerf de l’avant-bras, ce qui lui permettait de contrôler, à distance, une main robotique. Mais, dès aujourd’hui, au-delà des figures les plus médiatiques – et polémiques – des chercheurs cherchent à créer de nouvelles interfaces entre le corps humain et les machines, en recréant le corps dans un but…. médical. Telle est l’idée du professeur Don Igber, Directeur de l’institut Wyss à Harvard, qui a conçu des simili-organes qui permettent de tester de nouveaux produits pharmaceutiques : ce sont de véritables cellules vivantes qui sont placées sur une puce biocompatible. Les cobayes de laboratoires apprécieront. Un hack peut-être, mais un hack thérapeutique !

Pour lire les autres articles de Silicon Maniacs sur le biohacking :

Autopsie de l’immortalité

i-résurrection : mode d’emploi

Cas pratique #3 : l’IP des objets ?

Rêve / L’IP est un service d’adressage pour l’ensemble des terminaux connectés à internet. Mais, avec l’extension du réseau wifi et la réalité augmentée, on peut s’interroger : et si les objets aussi se connectaient au web ? Pour qu’internet se prolonge dans le monde réel, l’internet des objets, IdO pour les intimes, doit leur associer un IP, comme une étiquette qui permet le lien entre les deux mondes. Mais si les objets ont leurs IP, les humains pourraient, un jour, avoir le leur, par le biais d’une puce intra-cutanée… Cela ne risque-t-il pas de mettre fin à l’anonymat sur internet ? Faut-il favoriser les IP dynamiques aux IP statiques ? Voila qui permettrait de continuer de surfer sur internet sans être aussi repérable que dans le monde réel !

Réalité / Les prédictions ne sont pas l’apanages des seuls transhumanistes, de nombreux experts ont prévenu depuis longtemps que le stock d’IP arrivait bientôt à son terme et… ça y est ! Les projections placent la panne sèche à la moitié de cette année. Principal responsable ? L’explosion de l’internet mobile qui a littéralement dévoré le stock d’IP. Première solution, l’IPv6 qui fournira pres de 667 millions de milliards d’adresses IP disponibles par mm2 de la surface de la Terre.

Pour lire les autres articles de Silicon Maniacs sur l’internet des objets :

Internet des objects : let’s get physical !

Arduino, le documentaire

Quand l’internet des objets touche à l’intime

Événement à la Cantine: Faire/Savoir le web

Pour en savoir plus sur les 3 cas pratiques, n’hésitez pas à venir le 26 mail. En partenariat avec Silicon Sentier, Owni, le Centre PompidouInternet Actu et Silicon Maniacs, l’atelier-conférence aura lieu à partir de 18h30 à la Cantine, en présence de Ariel Kyrou, Rémi Sussan, Guillaume Dumas, Olivier Nerot et Rand Hindi.

Toutes les infos et inscription à l’évènement à Paris, sur le site de La Cantine.

Photo en Une par Treeswing cc

Tags: , , , ,

--------------------------------------------




À propos de Quentin Bruet-Ferréol

Voir tous les articles de Quentin Bruet-Ferréol
Sur Twitter : @theodore_bruet Community editor, geek et mystique. Rubriques: arty, deep web, geek culture, bizarreries

One Response to “Biohacking : Hacker le vivant ?” Subscribe

  1. Mario Borillo 04/07/2011 at 21:29 #

    Hacker le vivant? OUI mais… Body and Soul…

    Une chose est de projeter dans un futur relativement proche les extensions et métamorphoses des dispositifs de toute sorte, distinguables de la matérialité du corps humain et qui se “greffent” sur lui en amplifiant, généralisant … … les fonctions physiques, biologiques et/ou mentales (rationalisées) de(s) agent(s) humain(s), voire en en créant de nouvelles

    ….. autre chose, radicalement différente, est de doter ces dispositifs (méta)intelligents(?) d’une conscience sans laquelle aucun dispositif, aussi performant qu’il puisse être, ne saurait être doté de l’intentionnalité nécessaire à l’émergence de l’autonomie véritable.

    En bref, ne pas confondre “extrapolation” imaginative et “révolution” ontologique.

    Pierre d’achoppement, je crois, pour le moment (version matérialiste): l’énigme de la nature des relations entre structures et processus neuronaux (biologiques) et structure et processus mentaux .
    On rêve d’un dialogue entre La Cantine et le Collège de France, sections Neuro et Philo de l’Esprit!!! Attention à ne pas réveiller ces messieurs-dames.

    Irremplaçable ….
    sur cette planète en fin de course le travail que vous faîtes – ou ne faites pas – pour imaginer, évaluer et surtout critiquer les possibles ouverts par ces ruptures sans précédant dans l’histoire d’Homo Sapiens.

    Pour commencer par la folie, IP pour TOUT et TOUS. Non mais, Silicon Maniacs superflic? Big Brother? Provo situ? Ou simplement bricolo inconscient?: George Orwell en pire (ou Charles Fourier en mieux: fin de l’appropriation).

    A quand une nuit de brainstorming radical à La Cantine?
    Ciao. Désolé pour les bits.

Leave a Reply