Démarrer son podcast : mode d’emploi

C’est la rentrée. Une bonne résolution : démarrer un podcast. Mais comment ? Pas de panique, Alban Peignier, pro des radios éphémères, a rédigé un tutorial aux petits oignons, rien que pour vous. Tout, vous saurez tout sur le podcasting !
Article par : AlbanPeignier


Article initialement publié sur le blog de Tryphon : Démarrez son podcast

Un podcast est une émission mise en ligne sur Internet, téléchargée par ses auditeurs (souvent abonnés au fil RSS du podcast), qu’ils écouteront à leur convenance (ou pas). Un podcast est, à la base, un moyen de diffusion complémentaire pour une émission “normale”, après son direct sur une (web)radio.

Mais pour beaucoup de projets, le podcast est le mode de diffusion principal. Par simplificité, pudeur, manque de moyen ou pour des raisons de format, le podcast est de plus en plus utilisé. Il peut être bien sûr video, mais il est plus facile de réaliser (techniquement) un bon podcast audio. Ca tombe bien puisque Tryphon est plus à même de vous conseiller en matière de son.

Comment faire ?

Pour produire chaque épisode de votre podcast, vous allez devoir suivre de près ou de loin ses étapes :

Enregistrement :

  • trouver un endroit si possible calme (et souvent le meme que la fois précédente)
  • installer votre matériel d’enregistrement
  • enregistrer en quelques minutes ou en quelques heures le contenu (les voix) de votre épisode
  • ranger votre matériel soigneusement

Montage :

  • prendre le temps nécessaire pour “monter” votre émission, comme au cinéma : en écoutant le rush, en gardant le meilleur et en ajoutant un générique et/ou de la musique
  • archiver le rush et le résultat final pour pouvoir réutiliser des éléments et/ou réécouter cela dans quelques années

Mise en ligne :

  • préparer la mise en ligne éditoriale (texte et photo) qui va présenter votre épisode
  • préparer la mise en ligne du son de l’épisode
  • rendre public le tout
  • repondre patiemment à l’avalanche de commentaires, de tweets et de mails de vos auditeurs conquis

Enregistrement

Vous aurez donc compris qu’il s’agit d’enregistrer votre émission, ou en tout cas sa matière première.

Vous utiliserez pour cela quelques micros, des vrais, et pas celui de votre webcam. Avec cette poignée de micros et une (petite) table de mixage, vous pourrez mixer l’ensemble pour obtenir un son global. Ce son mixé devra terminer d’une manière ou d’une autre dans un ordinateur, par l’intermédiare d’une carte son. Un logiciel viendra enregistrer le tout dans un fichier son. Pour travailler dans de bonnes conditions, chacun utilisera un casque pour contrôler le résultat en “direct”.

Nous commencerons par la partie la plus spécifique. Vous aurez en effet besoin d’un peu d’équipement audio/radio. Si vous ne disposez pas des 4/5000€ nécessaires pour monter une petit studio radio, ca tombe bien. Nous vous avons sélectionné deux configurations matériels pour deux bugdets : “mini” et “modéré”.

Selon le format de votre podcast et le nombre d’intervenants (animateurs et invités), vous aurez besoin de plus ou moins de matériel. Ne prévoyez pas plus de 6 micros, c’est couteux et souvent inutile (vos intervenants pouvant “partager” les micros).

Vous trouverez peut-être des amis (souvent musiciens) pour vous préter une partie de ce matériel mais emprunter du matériel toutes les semaines peut vite s’avérer fastidieux.

Vous trouverez ci-dessous des liens pour chaque matériel sélectionné. Ils conduisent par commodité chez le fournisseur Thomann. Mais vous pourrez trouver tout (ou presque) un peu partout sur le net. Nous avons parfois proposé plusieurs modèles pour le même élément pour vous laisser plus de latitude matérielle et financière.

Configuration Mini

Cette configuration tente à bas prix de réunir l’essentiel pour obtenir un son … “potable” :

  • Les Microphones. Evitez les tous premiers prix, c’est le coeur du métier ;)
  • Les bonnettes protégeront les microphones des “pops” :
  • Une mini table de mixage qui permettra de mixer les micros. Ces mini-tables ont souvent quelques limitations (vue-metre tout petit, pas d’inserts) mais leur prix est imbattable :
  • Les casques pour chaque intervenant et pour le technicien
  • Un amplificateur pour brancher tous les casques :
  • Des embases (mini-pieds) pour tenir les micros
  • Les cables XLRpermettant de relier les micros à la table de mixage :
    • Cable XLR (4,90€) (6m alors que 3m suffiraient mais .. les moins chers)
  • Votre ordinateur de la maison ou votre ordinateur portable servira à enregistrer, sous réserve qu’il soit capable d’enregistrer du son “correctement” (pas de parasites ni bruit de disque dur par exemple …), sinon regardez les propositions de carte son dans la configuration suivante.

Au total, vous pourrez acquérir cette configuration pour 4 intervenants à partir de 400€.

Configuration Modérée

Cette configuration apporte plus de confort : des micros plus fidèles, une table de mixage plus facile à manipuler, une carte son dédiée, etc …

Au total, vous pourrez acquérir cette configuration pour 4 intervenants à partir 840€.

En option ou en première amélioration, 4x compresseurs/limiteurs (et sa multipaire) vous permettront de traiter le son de chaque micro pour améliorer la qualité de l’ensemble. C’est un sujet sur lequel nous essayerons de revenir dans un autre article.

Si cette configuration (et son bugdet) vous paraissent un peu léger, contactez-nous ;)

Branchements

Les branchements peuvent vite se compliquer. Quelques conseils :

  • Brancher toujours votre carte son “normale” (de votre ordinateur ou l’Audiophile 2496 proposée) sur la sortie CD/TAPE OUT de votre table de mixage. Il s’agit d’utiliser un niveau de sortie (dit “−10 dBV”) compatible avec les équipements (donc les cartes son) “grand public”.
  • Brancher votre ampli-casque soit avec la MAIN OUT, soit avec le CD/TAPE OUT s’il est encore libre. Il s’agit d’éviter la sortie CONTROL ROOM qui sur ces petites tables dépend aussi du volume casque (utilisé par le technicien).

Quelques références pour réaliser ces dit-branchements, faites votre choix : Cable RCA – mini Jack, Cable Jack 3m, Cable RCA – Jack, Cable XLRXLR,

Conseils

Ne négligez pas la qualité de l’enregistrement. C’est votre matière première. Au montage, vous ne pourrez corriger que certains détails. Le son “pourri” le restera …

Commencons par quelques évidences (pas forcément faciles) :

  • choisissez une pièce qui ne “résonne” pas trop.
  • parlez “devant” les micros, aidez vos invités à faire de même. Au dela de 7/8cm, votre micro commence à ne plus capter le son de votre voix.
  • utilisez un casque tout au long de l’enregistrement, vous reperez tout de suite quand “on n’entend rien”,
  • prenez des notes tout au long de l’émission, elles vous permettront en particulier de monter l’émission plus facilement,

Pour travailler correctement, une personne de l’équipe s’occupera exclusivement du mixage. Il pourra ainsi ajuster le volume de chaque micro tout au long de l’émission. Malgré toutes les précautions possibles, ce travail est primordial pour obtenir un son audible tout au long de l’émission.

Pour enregistrer le (fabuleux) résultat, vous vous recommandons d’utiliser Audacity. Ce logiciel libre est disponible sous Linux, Windows et Mac. Pour enregistrer … cliquez sur le bouton Rouge ;) Vous verrez apparaitre et défiler l’enveloppe du son que vous enregistrez :

Testez les niveaux avant le début de l’émission : testez chaque micro avec chaque intervenant, vérifier le niveau obtenu dans Audacity.

Vous vous rendrez vite compte que l’un des défits est d’enregistrer avec un niveau correct mais sans jamais saturer. Si vous voyez apparaitre des barres verticales rouges dans Audacity … le niveau est important, le résultat est très vite inaudible.

Quand votre émission est finie, pensez à enregistrer le tout dans un fichier (ne riez pas, ne riez pas). Ne cherchez pas trop le “bon” format : utilisez simplement du WAV ou du FLAC. Votre son sera enregistré sans altération.

Montage

Après un peu de repos, le temps est venu de monter votre émission.

Toujours à l’aide d’Audacity, vous allez réouvrir le fichier enregistré précédemment et vous lancez dans diverses opérations de nettoyage :

  • enlever les passages les moins .. enfin qui méritent d’être enlevés,
  • corriger le volume de certains moments (avec l’outil enveloppe),

Peaufinez particulièrement l’introduction et les premières minutes … vos auditeurs auront plus envie de continuer leurs écoutes ;)

Quand l’ensemble de votre enregistrement est plus propre, insérez les illustrations, comme par exemple :

  • ajouter des génériques de début et de fin
  • ajouter des jingles, virgules pour signaler les différents moments de l’émission
  • ajouter de la musique .. mais pensez à la SACEM (ou la SABAM) et surtout à la musique libre. Beaucoup de podcasts (qui n’ont pas vocation musicale) se passent tout simplement de musique.

Si les entrailles d’Audacity et les techniques de montage vous laissent pantois, sachez que c’est un métier, ca s’apprend.

Sauvegardez le résultat final toujours sous forme de WAV ou de FLAC. Vous serez très heureux de retrouver une interview ou une chronique dans quelques mois/années dans son format original.

Mise en ligne

Il faut maintenant préparer la publication de votre travail.

Pour le son, vos auditeurs pourront découvrir vos oeuvres via un fichier MP3 ou Ogg/Vorbis. Même si vous ne connaissez pas ce dernier, sachez que le Ogg/Vorbis est un format ouvert qui ne demandera pas de payer pour être créer.

Audicity saura exporter vos WAV ou FLAC dans ces deux formats. Utilisez une qualité variable de 4 ou 5.

Pour mettre à disposition de vos auditeurs le fichier, vous pouvez utiliser un simple serveur web (et son accès pdf) pour rendre téléchargeable le fichier MP3 et/ou Ogg/Vorbis. Un post de blog efficace suffira pour convaincre le monde de s’abonner à votre podcast. Mais il faudra gérer par vous même les problèmes de

Si vous avez quelques misères pour faire entendre vos fichiers à vos auditeurs, sachez que des outils libres comme :

Prochaines étapes

Quand vos premiers auditeurs deviendront des fidèles, il sera temps de penser à :

  • des invités, si ca n’est pas déjà le cas
  • des reportages, avec un petit enregistreur portable
  • sortir, en allant enregistrer votre émission dans le bar d’à côté ?

Pensez aussi à proposez votre programme aux radios associatives. Il y en a plus de 600 en France. Il y a en forcément plusieurs autant de chez vous. Allez leur présenter votre travail.

Pour en savoir plus sur Alban Peignier, l’auteur de ce tutorial, rendez-vous ici.

Pour vous rendre sur le site de Tryphon, c’est par ici.

Crédit photo : PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par bbaltimore

Tags: , ,

--------------------------------------------




One Response to “Démarrer son podcast : mode d’emploi” Subscribe

  1. Piouf 14/10/2011 at 16:02 #

    Excellent article, voici un autre tuto complémentaire sur le même sujet :

    http://bazingcast.com/2011/09/comment-faire-un-podcast/

Leave a Reply