Article par : Théo


Vous ne connaissez pas la Chambre à Air ? Pour en savoir plus, cliquez ici. Pour écouter l’émission d’aujourd’hui, c’est par ici aussi.

Tout au long du mois de juillet, durant 4 semaines, La Chambre A Air va reconstruire, dans les rues de Paris, avec ses invités, musiciens, artistes, et ses participants, un monde dans lequel le système financier vient de s’écrouler. En 4 actes (4 semaines du 5 au 28 juillet) , chaque participant jouera son rôle dans ce scénario post crash pour apporter ses idées, ses solutions et sa créativité…et ainsi défier la crise économique que nous sommes en train de vivre ! Suivez avec Silicon Maniacs, en son, en texte et en images, l’évolution, scène par scène (jour par jour ), de ce documentaire itinérant, rediffusé en direct sur le web ici. Vous pouvez aussi suivre le hastag #LC3A et nous rejoindre sur place pour participer si vous êtes sur Paris !

En cette troisième semaine du mois de juillet, c’est maintenant dans le 20ème arrondissement qu’est installée La Chambre à Air.

“A présent armée de confiance, de valeurs, de liens sociaux, d’échanges solidaires, notre communauté dérange, elle devient visible. Attaquée, elle doit se défendre, se battre pour ses idéaux.
Inspiré par La Commune de Paris, notre village se battra jusqu’au bout. Non-violents, intelligents et déterminés, Nous, survivants culturels ne nous laisserons pas éliminer. Le shaman a raison : la mort n’est pas la fin, nous ne sommes pas seuls !

Le ton est donné, La Chambre à Air Augmentée entre ouvertement en résistance !

Acte III, scène 1, Jeudi 19 juillet, 17h40 :

Xavier Faltot lancent cette émission sous les emblématiques bâches bleues, symboles d’une 5ème édition de La Chambre à Air. Notre première mission aujourd’hui, si nous l’acceptons, incarner et comprendre la Commune, ce qui a fait dire aux parisiens “j’aime cette ville”. “Ce qu’ils défendent vaut plus que leur vie, ce qu’il défendent c’est l’Avenir !” poursuit Xavier fiévreusement.

 Fabrice Grenard, premier invité, présente un historique de la Commune de Paris, modèle qui intéresse particulièrement Xavier, et pour cause : il veut défendre son village contre d’éventuels assaillants ! Espérons néanmoins que cette édition de La Chambre à Air ne se terminera pas dans un bain de sang … L’écrivain explique que Paris était une ville déjà très progressiste avant la Commune. “Si la Commune a échoué c’est, comme l’expliquera Marx plus tard, parce qu’elle n’avait pas de culture politique.”

Coté musique un duo magique s’improvise entre Mr Fogg et Kaaby Kouyate avant que ce dernier ne nous parle des griots, porteurs de la tradition de l’oralité. Mr Bonus ponctue quant à lui l’émission de ses rythmes techno.

La Chambre à Air accueille ensuite Antoine Bueno expert en Schtroupfmologie qui tentera d’expliquer comment fonctionne l’utopie Schtroumpesque. Il décrit la société des Schtroumpf comme société communiste parfaitement solidaire contre un ennemis commun. “Si tout d’un coup, là, un grand méchant nous attaquait, on se souderais contre lui, c’est tout à fait naturel !” poursuit il avant de parler du coté misogyne-stalinien des Schtroumpf.

Xavier reçoit aussi Thérèse Clerc qui s’exclame, avant de présenter son projet La Maison des Babayagas, “Des femmes sur votre stand il y en a deux, aux rôles secondaires !” Xavier s’offusque alors “Non, c’est faux, et en plus elles sont toutes hyper bonnes [...] elles nous stimulent : ce sont nos muses !”

Une petite Chanson d’Anne Horel pour la route et rendez vous demain, même lieux, même heure.

Tags:

--------------------------------------------




No comments yet.

Leave a Reply