Les cantines en Région !

Les Maniacs ont sillonné la Bretagne à la rencontre des nouveaux acteurs du réseau des cantines, à Rennes et à Nantes.
Article par : Jessica Chekroun


Nous rappelons que Silicon Maniacs est propulsé par Silicon Sentier, et La Cantine est notre lieu de travail.

Depuis le début de l’aventure de la Cantine parisienne, née il y a trois ans sous l’impulsion de Silicon Sentier, des petites sœurs ont fait leur apparition. La Cantine numérique rennaise a été inaugurée en novembre dernier, et la Cantine de Nantes en février.  Les Maniacs ont sillonné la Bretagne pour rencontrer ces nouveaux lieux de coopération et d’innovation.

Avec La Cantine de Toulouse portée par La Mêlée (ouverte début 2011), quatre Cantines sont désormais ancrées sur des territoires d’innovation aux singularités multiples. Si l’appellation « Cantine » est une référence assumée par les différents acteurs associatifs régionaux, chacune a ses spécificités, qu’elles soient culturelles, sociales, territoriales ou organisationnelles.

Des valeurs sur le modèle de la Cantine parisienne

Le réseau des Cantines, en cours de structuration, est composé d’acteurs qui « s’inspirent » — c‘est leur mot — de La Cantine de Paris. Si l’on cherchait à décrire ces différents espaces aux multiples fonctions, les Cantines de Paris, Nantes et Rennes, les mots utilisés pourraient être identiques. Tout d’abord parce qu’ils sont portés par des valeurs communes : ouverture, partage et accompagnement : “pour expliquer ce qu’est La Cantine, nous reprenons les termes que les acteurs de La Cantine de Paris ont employé pour nous décrire leur espace” explique Bernard Marquet président de l’association de La Cantine Numérique rennaise. Ce sont ces valeurs qui donnent vie à l’espace et expliquent son organisation. Dans les deux cantines bretonnes sont présents un espace de coworking dans lequel il est possible de travailler sur des temps courts. Le café est un lieu de rencontre et de réunions informelles. Ces espaces fonctionnels sont modulables et permettent l’organisation d’événements.

Des permanents sont présents pour animer le lieu et favoriser l’échange, la rencontre, mais également comme source de conseil et d’accompagnement dans la réalisation de projets. Car tout comme Silicon Sentier, le cœur de métier des associations porteuses des Cantines est l’animation et la structuration de communautés. Le modèle économique de la Cantine de Paris est lui aussi pris en exemple, puisque les deux Cantines bretonnes ont la volonté de travailler sur une économie mixte alliant fonds propres et subventions publiques. Ce sont plus de 150 000 euros levés par la Cantine Numérique rennaise auprès des collectivités locales, au titre du développement des activités liées à l’innovation, facteur de croissance économique.

Des acteurs à l’initiative des cantines

A des degrés divers, les Cantines sont nées en réponse à des besoins des communautés locales. Atlantic 2.0, qui porte La Cantine nantaise, est née de la réunion d’entreprises innovantes dans le domaine du numérique, et rassemble à ce jour plus de 150 membres. L’ouverture de La Cantine était donc attendue par l’écosystème des nouvelles technologies dans la région. L’espace devrait donc rapidement rencontrer son public. En revanche, à Rennes, l’association qui porte la Cantine, est née tout spécialement pour le projet, ce qui pourrait laisser un doute sur la capacité du lieu à rassembler. Mais cette difficulté semble être écartée par l’appui des neufs membres fondateurs de cette association, eux-mêmes des acteurs d’horizons divers bien implantés dans la région depuis de nombreuses années. Ils représentent la situation spécifique du bassin rennais, porté sur la recherche avec de nombreux pôles R&D et une forte présence depuis les années 1970 d’entreprises innovantes dans les ETIC (électronique, télécommunication, informatique et communication). Simon, président de l’association Bug (une des neufs unités fondatrices de La Cantine numérique rennaise) rappelle que « c’est ici qu’a été inventé le minitel ! ». L’arrivée de Karine Sabatier au poste de Directrice de l’établissement est un point fort de l’identité du lieu. “Je n’ai pas un parcours typique” dit la jeune femme. Originaire de Paris, ingénieur en informatique de formation, elle est à l’initiative de plusieurs associations dans le domaine des nouvelles technologies.

L’implantation des cantines dans un tissu urbain

L’implantation de ces lieux dans le coeur de la ville est un point important pour saisir leur spécificités. Silicon Sentier a tiré son nom du quartier historique des startups parisiennes, le Sentier, premier quartier parisien a être pourvu de l’internet haut débit. C’est ainsi que tout naturellement la cantine a ouvert ses portes dans le Sentier, dans un passage, non loin d’autres entreprises innovantes. On retrouve cette idée de passage avec la Cantine Nantaise. Celle-ci n’est pas dans le centre ville à proprement parler, mais loue ses locaux aux Halles de la Madeleine, récemment réhabilitées. Encore en partie vides, les locaux ont vocation à n’être occupés que par des entreprises liées à l’innovation. “Aucun risque qu’une banque occupe des locaux ici” scande Adrien, délégué général de Atlantic 2.0. D’ailleurs, un des membres de l’association loue lui aussi des locaux dans le même lieu. De son côté, la Cantine numérique rennaise a pris place à quelques minutes de la gare de Rennes, dans les Champs Libres, lieu de rencontres culturelles qui abrite un musée, une maison des sciences ainsi qu’une médiathèque. Cette situation en centre ville l’éloigne des acteurs historiques de l’innovation dans la région, traditionnellement situés en périphérie. Mais son implantation dans un lieu de passage, proche du grand public, va dans le sens d’une évangélisation de la culture numérique au plus grand nombre.

Et l’ingrédient secret, qui n’est pas dans les manuels : une certaine idée du Chaos !

Cet ingrédient n’est pas quantifiable, bien difficile de le gérer et de le mesurer. La serendipité comme porte-drapeau de toutes ces Cantines. Pour tenter de saisir l’insaisissable, ce qui se cache derrière un lieu qui fonctionne et contribue à l’émergence de projets innovants, nous avons passé les acteurs des Cantines au crible des buzzwords et néologismes traditionnels de l’écosystème Cantines. Il se dégage quelque chose, c’est la valeur humaine ajoutée. Car c’est peut-être là l’intérêt, remettre de l’humain dans les nouvelles technologies.



Tags: , , , , ,

--------------------------------------------




À propos de Jessica Chekroun

Voir tous les articles de Jessica Chekroun

One Response to “Les cantines en Région !” Subscribe

  1. Simon 03/03/2011 at 14:25 #

    - Pris en flagrant délit de “point Minitelwin” -

    Merci pour ce reportage… et pour votre venue à la Cantine numérique rennaise. J’aime beaucoup les vidéos.

    La citation que vous m’attribuez (et que je ne renie pas!) m’a rendu coupable – aux yeux de mes amis rennais – du point “Minitelwin”.
    C’est ainsi que nous appelons le fait qu’à chaque discussion locale à propos du numérique, il soit fait tôt ou tard référence à l’icône phare du patrimoine télématique national (i.e. le Minitel). Il ne faudrait pas que cela occulte d’autres illustrations plus récentes et moins minitelesque du numérique sur le territoire rennais: troisième ville de France comptant le plus de twittos (après Paris et Lyon, d’après Twitts.fr) ou une belle participation des pro-am au concours d’applications basées sur des données ouvertes (open data) pour ne citer que deux exemples récents…

Leave a Reply