Enseigner le Transhumanisme ?

Vous en avez assez de lire des articles qui parlent du transhumanisme à la place des transhumanistes ? Cette chronique est faite pour vous.
Article par : Association Française Transhumaniste : Technoprog!


Selon Marc Roux, président de l’Association Française Transhumaniste, “Le futur n’a pas d’avenir” pourrait bien être le mantra d’une génération élevée dans la peur d’une apocalypse (financière, écologique, guerrière, rayez la mention inutile). Loin d’être purement philosophique, cette crainte aura des répercutions sur l’enseignement, la science et la recherche. Et si le Transhumanisme restaurait le future comme mythologie positive propre à être transmise ? C’est l’idée de Marc Roux qui nous livre son point de vue sur l’enseignement : le Transhumanisme est-il un optimisme ? Un billet qui prête à débat, n’hésitez pas à réagir dans les commentaires ! ( D.-Q. Bruet-Ferréol )

La Recherche à deux vitesses

Paternité Certains droits réservés par pasukaru76

Dans le cadre de l’actuelle campagne électorale américaine, la droite religieuse et radicale développe en ce moment même toute une campagne anti-science. L’objectif est notamment de contrecarrer les discours scientifique sur le réchauffement climatique mais aussi la théorie de l’évolution. Au même moment, en France, des dizaines de membres des jurys de l’agrégation de mathématique viennent de démissionner pour protester contre la dégradation des conditions de formation et de recrutement des enseignants de leur discipline. Ils signalent comment, à force de dégrader l’image de la condition enseignante, notamment en science, le nombre des candidats en 2011 n’a permis de pourvoir que 60% des postes offerts en mathématique !

Or pendant ce temps, le nombre de scientifiques ne cesse de progresser dans le monde en développement (Inde, Chine …) ; la science ne cesse d’accumuler des découvertes et des réalisations toujours plus stupéfiantes ; sans cesse nos sociétés densifient leur technologie et se complexifient. Au point que si ce monde dans lequel nous évoluons n’est déjà plus du tout celui de nos parents, il me parait évident qu’il ne sera pas davantage celui de nos enfants.

C’est pourquoi, face aux bouleversements issus de la science qui sont en cours, en tant que transhumanistes techno-progressistes revendiqués nous pouvons proposer deux choses : non seulement un effort considérable dans le domaine de l’enseignement scientifique, mais aussi l’introduction d’une réflexion sur le questionnement transhumaniste, autrement dit une initiation à la prospective, au minimum… dès le collège.

Qu’enseigner aux générations montantes dans une perspective Transhumaniste ?

PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par Jiuck

Pour répondre à cette question, prenons quelques exemples précis, pourquoi pas dans le cadre de la relation au travail.

Dans 30 ou 40 ans, l’espérance de vie en bonne santé et en bonne forme aura peut-être augmentée pour atteindre le siècle ou davantage. L’une des conséquences – et ceci tout à fait indépendamment des facteurs économiques (du genre, comment payer les retraites ?) est qu’il serait absurde pour eux d’envisager de cesser toute activité créative de biens ou de services pour la société – professionnelle ou autre, à partir d’un âge comme 60 ans.

Idem, il serait absurde de considérer normal que leur temps de formation/apprentissage s’arrête après 15 à 25 ans. Si ce temps de formation était de 15 ans à 25, voire 30 ans à une époque ou l’espérance de vie était de 80 ans et la retraite légale à 60 ans (soit une temps de formation représentant 25 à 50% du temps d’activité), avec une espérance de vie à 100, voire 120 ans, selon les mêmes proportions ce temps de formation devrait représenter 20 ans comme minimum obligatoire et 40, voire 50 ans dans les cas les plus longs !

Sur une durée de vie active allongée, la tendance à changer et alterner les métiers, les activités (professionnelles ou non) et les formations se trouverait probablement renforcée. Mais une question qui devrait être tôt envisagée par les jeunes générations est de savoir s’ils acceptent un système où la contrainte et la pénurie de l’emploi conduisent à devoir accepter leurs formations en fonction des besoins de l’économie, ou si au contraire ces formations tout au long de la vie doivent d’abord être le résultat d’un choix individuel.

Et, de manière générale, comment se projetteraient-ils s’ils apprenaient que leur durée de vie pouvait se révéler beaucoup plus longue encore … ?

Les robots, premiers de la classe ?

Un autre exemple de réflexion qu’il me semble nécessaire de développer de bonne heure est celle liée au développement d’une société humaine où de plus en plus de tâches, industrielles comme de service, physiques comme intellectuelles, sont assurées par des systèmes automatiques, robots, ordinateurs, programmes, etc.

Comment nos enfants envisageront-ils de trouver leur place dans ces sociétés ? Si la main d’oeuvre ouvrière ou salariée en général est de moins en moins nécessaire  à la production de biens et de services, la majorité d’entre eux devra-t-elle accepter d’être reléguée dans un sous prolétariat réduite à ce qui restera accessible à l’humain 1.0. Les êtres humains devront-ils adopter l’augmentation transhumaniste sous la contrainte des impératifs économiques, ou bien pourront-ils enfin imposer un juste partage des énormes gains de productivité réalisés depuis deux siècles, profiter d’une vie faite en grande partie de temps libre et envisager une augmentation/amélioration humaine véritablement choisie ?

Apprendre à devenir humain

Mais, me direz-vous, comment peut-on proposer à des enfants de réfléchir à de telles perspectives alors que, s’il est déjà bien difficile à des adultes de se faire une opinion face au tourbillon des transformations techniques et sociales, les plus jeunes sont encore moins capables d’avoir une compréhension globale du monde ?

Et bien, c’est justement pour cette raison que je pense pertinent de leur enseigner, tant qu’il est encore temps, que leur monde et leurs horizons sont ouverts. Loin des murs d’un dogme obscurantiste, ils aborderont le questionnement transhumaniste par la fiction, le rêve, la fantasmagorie, le mythe, avant de venir le confronter aux possibilités concrètes des sciences et des techniques de leur temps. C’est tant qu’ils ne sont pas formatés par une vision figée et frileuse de leur avenir qu’ils ont une chance de devenir libres. D’autres diraient : de devenir humain. Érasme n’écrivait-il pas : « L’homme ne naît pas homme, il le devient. » ?

Pour en savoir plus :

Le Transhumanisme pour les enfants

Transhumanism for Children, by Nikki Olson on March 31, 2011

Image à la une : PaternitéPas d'utilisation commerciale Certains droits réservés par ocularinvasion

Tags:

--------------------------------------------




À propos de Association Française Transhumaniste : Technoprog!

Voir tous les articles de Association Française Transhumaniste : Technoprog!
l'Association Française Transhumaniste est la branche française de H+. Elle se donne pour but de débattre des nouvelles technologies et de leur impact sur la vie : allongement de la durée de vie, interface cyborg, intelligence artificielle… Parce que la réflexion transhumaniste questionne ce que sera l’homme de demain, ils nous livrerons deux fois par mois une chronique sur l’actualité : le Futur prend la plume sur Silicon Maniacs !

4 Responses to “Enseigner le Transhumanisme ?” Subscribe

  1. Algèbrique 09/03/2012 at 18:11 #

    Le transhumanisme a le mérite de soulever des débats sur les enjeux moraux des nouvelles biotechnologies.

    Malheureusement le mouvement restera peu crédible tant qu’il ne s’imposera pas de rigueur intellectuelle, et laissera une place de choix à des imposteurs comme Aubrey De Grey… Pour l’instant je dirais que le transhumanisme est une forme de secte qui soutire de l’argent à de riches investisseurs en leur promettant la vie éternelle… On est très très loin du débat scientifique.

    Quant à leur pensée sociale, elle se résume à demander une autonomie totale pour les firmes de recherche et développement : plus proche du lobby que du mouvement de pensée.

    Dommage…

  2. Denis-Quentin Bruet 09/03/2012 at 18:14 #

    Merci pour votre réactions ! Si soutirer de l’argent à des investisseurs, c’est être une secte, ça risque de concerner pas mal de monde :-) Pour le “dommage” de votre message, cela attise ma curiosité, pensez-vous à d’autres mouvements ?

  3. Algèbrique 10/03/2012 at 11:11 #

    Evidemment le fait d’avoir des financements n’a rien de répréhensible !

    Je le répète, ce qui me déçoit dans le transhumanisme, c’est leur promesse de la vie éternelle, qui ne repose sur aucune prémisse expérimentale. Un mouvement qui prétend défendre les valeurs du progrès scientifique devrait mettre l’accent sur sa probité intellectuelle, et pas promettre l’impossible !

    Ce que je trouve dommage, c’est que le transhumanisme pourrait sinon être un contrepoids à l’influence des groupes religieux sur des sujets comme la recherche sur les cellules souches.

    Ayant assisté à des workshops transhumanistes non diffusés sur internet, j’ai pu entendre des propositions proprement scandaleuses comme le fait de déréguler complètement les tests médicaux sur des sujets humains… Il y a toute une partie du discours transhumaniste qui est une nouvelle forme d’eugénisme, ce qui ne me fait pas trop rêver!

  4. Marc 10/03/2012 at 12:29 #

    Bonjour Algèbrique,

    Figurez-vous que l’Association Française Transhumaniste : Technoprog! dénonce les mêmes dérives que vous. Je ne sais pas si vous avez lu d’autres textes publiés par des membres de cette organisation ou assisté à nos conférences, mais personnellement, chaque fois que l’occasion m’en est donnée, je critique par exemple cette fâcheuse habitude qui est de parler “d’Immortalité”, avec une valeur absolue. Ce terme renvoie obligatoirement à une conception irrationnelle voire religieuse de l’augmentation/amélioration humaine. Pourtant, le transhumanisme ne saurait proposer au mieux qu’une “augmentation considérable de la durée de vie en bonne santé”, puis, au-delà, qui sait, une “immortalité biologique”, c’est-à-dire une victoire quasi définitive sur la maladie et le vieillissement. Il ne s’agirait toujours pas d’Immortalité absolue.
    Certains représentants du mouvement H+ international, comme Aubrey de Grey ou Ray Kurzweil se plaisent à employer des slogans chocs pour faire la publicité de leur cause. C’est une arme à double tranchant qui peut facilement être retournée contre eux et que, pour ma part, je me refuse à utiliser.

    Par ailleurs, vous avez, me semble-t-il, tendance à mettre tous ceux qui se réclament du transhumanisme dans le même sac. Cela ne reflète plus la réalité de la “nébuleuse” h+. Si certains Transhumanistes adoptent des positions extrêmes qui vous révulsent, veuillez considérer que l’AFT Technoprog! prétend elle à un “techno-progressisme” qui assumerait l’héritage humaniste, se battrait pour l’égale dignité de toutes les “personnes de droit” et se préoccuperait de justice sociale.

    Si vous pensez que ce mouvement peut jouer un rôle bénéfique à la société en améliorant sa crédibilité intellectuelle, pourquoi ne viendriez-vous pas nous rejoindre afin de nous y aider ?

    Cordialement
    Marc

Leave a Reply