HackDayParis Review (eng + fr )

Le weekend du 4 au 6 novembre, se tenait la première édition de HackDayParis. Nous avions aimé l'idée d'une création ouverte pouvant mélanger hardware et software. Liam Boogar nous raconte cette expérience.
Article par : LiamBoogar

Le weekend dernier je me suis rendu au HackDayParis. Je venais dénicher des développeurs mais j’étais également curieux de découvrir quelles productions en ressortiraient. A mon arrivée, alors que je me débattais pour expliquer avec mon français approximatif que je n’étais pas un participant mais un journaliste qui venait réaliser un reportage sur l’événement, je me suis rendu compte que l’événement était bilingue ; et surtout, que j’étais en train de parler avec le chasseur de tête de Techstar Boston ( un fameux accélérateur de startups) ! Bilingue ? Le plus drôle avec les développeurs français, c’est leur anglais: ils ont tout un vocabulaire qui leur est propre.

Je m’attendais à ce que le premier jour ressemble au lancement des Startups Weekends, avec des idées qui foisonnent et fusent. En réalité, peu de choses furent proposées et c’est peut-être le moment de l’événement dont l’organisation était la plus laxiste et creuse. Les développeurs, sont des personnages particuliers dans l’écosystème startup, sans vouloir entrer dans les stéréotypes, je dirais qu’ils ne sont toujours parfaitement intégrés. S’associer, se mettre d’accord et créer une équipe peut donc s’avérer un peu compliqué.  En conclusion, au moment de partir dîner, ils ne savaient pas encore ce qu’ils allaient faire.

En retournant aux HackDayParis dimanche, plein de préjugés en tête, je me préparais à entendre des présentations désorganisées et peu nombreuses. En fait, j’ai pu assister à quarante-huit démonstrations, dont quarante-cinq étaient parfaitement réussies. Les récompenses étaient là pour motiver ces démonstrateurs : gagner la possibilité de rejoindre Techstar en tant que hackstar ( intégrer une startup de Techstar déjà formée ),  gagner un ticket pour LeWeb 2011 et surtout gagner le mérite d’avoir « le nom de démo le plus long ».

Les gagnants ont certes été choisis par un jury des plus compétents, en suivant des critères tout a fait objectifs ; mais j’ai tout de même réalisé mon propre classement :

Avec Ninja Chess, jouez aux échecs sans attendre votre tour!

Prenez un jeu d’échecs, retirer l’aspect organisé du « chacun son tour », ajoutez-y des délais d’attente lié à la recharge d’énergie et vous obtenez Ninja Chess. Les parties sont alors beaucoup plus rapides avec un temps de jeu compris entre une minute et une minute trente. Inscrivez-vous, nous pourrons y jouer ensemble.

Google Maps, pratique pour trouver de l’eau potable et des caméras des surveillance.

Deux de mes projets favoris utilisent l’API Google Map pour prodiguer de l’information géolocalisée. La première a été développée en supplément web de Eaupen, une startup qui permet de fabriquer des bouteilles d’eau réutilisables ( très peu utilisée en France, alors que c’est une pratique grandement répandue aux USA). Ces deux applis vous permettent respectivement de trouver les points d’eau potable et d’éviter les caméras de vidéosurveillance lorsque vous vous balader dans Paris.

Noise box : that’s a box …that make noise ( c’est une boite qui fait du bruit quoi! ).

L’un des projets les plus intéressants, ce sont d’ailleurs les grands gagnants de ce weekend, est une simple boîte qui produit des sons en fonction d’objets placés sur elle. On pourrait croire à une boîte à chaussure connectée à un ordinateur, connectée à internet avec des tags RFID correspondant à des objets (??) … mais en fait, il s’agit bien de cela. En tout cas, la démo était bluffante, et il n’existe rien de plus passionnant pour un bidouilleur que de mélanger harware et software !

Pour comprendre le fonctionnement de cette DIY NoiseBox, voici la vidéo de démo. Sinon, cette article de blog en anglais, en reprend les spécificités techniques.

Pour retrouver toutes les photos c’est ici.

Image par ElDave

This past weekend I went to HackDayParis – mainly scouting for developers, but also seeing what cool stuff people could come up with. Upon arriving, I stumbled through a conversation, trying to explain in French that I was an invited journalist, and thus not on the attendee list, only to look down and find out that the event was entirely bi-lingual and that I was in fact speaking to the TechStars Boston talent recruiter.

One of the more enjoyable parts of talking with French developers is their uncanny English skills – oh yeah, and they are geniuses! Nonetheless, I was little surprised to see how few people had brought ideas out on the first day. I expected to see a Startup Weekend-esque Friday evening pitch, but, to my dismay, this was probably the least well organised part of the event. Developers were expected to seek each other out and form their own teams – not to rag on developers, but they are not stereotyped as the most social bunch in the startup world. Needless to say, but dinnertime, I didn’t meet anyone who was sure they knew what they were going to do.

After popping over to Startup Weekend on Saturday to check out what was going on there, I came back Sunday assuming that the presentations would be few and disorganized, but, to my surprise, 48 demos were ready to go (about 45 of which ultimately worked). Among the prizes available were a chance to go to TechStars Boston as a HackStar, a free ticket to LeWeb (though it required using the Viadeo API), and some sentimental awards, such as “longest demo name” award.

While the winners were decided by a panel of judges with plenty of qualifications, I thought I’d give MY winners for the competition:

Ninja Chess: That’s right, Ninja Chess.

Take Chess, get rid of the turn-based aspect, add in delayed movement of pieces and cooldowns, and you have Ninja Chess. Boasting an average time length of 1:00-1:30, I recommend everyone get onNinja Chess so I can play you.

Google Maps: Good for finding fountains AND CCTV cameras

Two of my favorite projects used a Google Maps API in order to deliver information to people based on where they were and where they were going. One, developed as a web-based supplement toEaupen, a social startup creating reusable water bottles, shows you where in Paris you can find the nearest of 600 public drinkable water fountains. The other, called Public Walk, allowed you to type in your walking route, and it would simulate the route, calculating where in the route you were being spotted by CCTV cameras, and where you were “in private.”

NoiseBox: It’s a box… that makes Noise.

One of the more interesting Hacks involved creating a box which would play music when certain objects were places upon it. It may sound like just a shoe box connected to the a computer connected to the internet along with a few RFID tags attached to random household objects, but in reality… well, it’s everything I just said. Nonetheless, the demo was interesting, the tracks changed seamlessly, and there’s nothing Hackers love more than combining Hardware with Software.
You could also read this blog article which explain how does it work.
 

Tags: , ,

Ce natif de la Silicon Valley a déposé ses valises à Paris. Il écrit sur les thématiques qui le passionnent, les startups et leur écosystème en Europe. Il questionne également l’impact des startups sur la société.

One Response to “HackDayParis Review (eng + fr )” Subscribe

  1. homepage 14/05/2013 at 15:53 #

    Thanks for sharing your thoughts about inkbottle.
    Regards

Leave a Reply