Portrait du grand Korben/ Le Web Mis à Nu #12

Manuel Dorne, un geek n’est pas une mite en pull over mais un homme normal. Rencontre avec Korben aka Manuel Dorne
Article par : Abeline Majorel


Un geek est un être normal. C’est même un monsieur tout le monde in real life et parfois même sur le web. Parce qu’il faut savoir rester simple et soi même pour réussir à être un expert du web. Surprise ! Nous ne portraiturons pas ici, un homme épris de sa machine et qui prend ceux qui ne le sont pas pour une plèbe indifférenciée et indifférente. Nous faisons le portrait d’un geek qui pense que pour être un bon geek il faut « beaucoup d’amour, une nourriture pas trop saine, peu de sommeil et beaucoup de passion », le tout en respirant le bon air de nos montagnes. Un trentenaire normal, quoi ! Un de ceux qui a vu tous les épisodes de Mac Gyver et qui en est fier ! Rencontre avec Korben aka Manuel Dorne

Un homme normal et non pas un mite en pull over

Manuel est né en 1982, c’est donc un bientôt trentenaire, assis devant ses machines et ses livres, dans son bureau à côté de Clermont Ferrand que nous le rencontrons. Cela pourrait être un consultant quelconque, un de ceux qui sont experts par leur diplôme. Pourtant, si vous avez un quelconque intérêt pour les NTIC, leurs machines ou leurs dessous, vous avez déjà croisé Korben. Avec 60 000 visiteurs uniques par jour, Korben est une star du web. Quel geek digne de ce nom n’est pas un de ses 22700 followers twitter ? Alors, quel est le secret de ce garçon qui ne sait absolument pas désamorcer une bombe avec un clou comme celui dont il a emprunté le pseudo Korben Dallas, le héros du Cinquième Elément ? « Ce garçon carbure d’enfer » : il travaille jour et nuit et vit un syndrome de manque lorsqu’il est déconnecté. Il lit tout ce qui passe, achète sur amazon toutes les publications portant autant sur le marketing que sur l’informatique, est curieux de tout et ne se prend pas la tête. Un homme normal ( et non pas une mite en pull over) , quoi. Un de ceux qui était fan de Mac Gyver qu’il «  connait par cœur » et qui est devenu un fan de la bidouille. «  J’ai un intérêt profond pour le hacker au sens noble du terme, c’est-à-dire prendre quelque chose et le détourner pour apporter autre chose. ».  Originaire de Douai, vaguement parisien pendant un temps ( mais «  Paris n’est pas une ville que j’ai beaucoup aimé » ), il a d’abord travaillé comme consultant dans le tourisme avant de prendre son envol. Il rejoint sa compagne à côté de  Clermont Ferrand et crée sa propre entreprise. Il gagne donc son indépendance pour «  s’occuper de son blog et de ses sites, créer une structure pour déclarer mes ressources, l’objectif n’étant que de gagner une certaine somme pour vivre, et finalement être chef de projet pour mes clients. » Après avoir posté des news sur les forums de peer to peer, en 2004, il ouvre son blog «  pour balancer des idées, ce qu’aujourd’hui on appelle de la curation. » Il met à disposition des logiciels sur son site et s’amuse en découvrant les plateformes techniques d’abord SPIP et maintenant WordPress dont il trouve la communauté plus «  sympa ». Il bidouille, teste lui-même et poste ses impressions. «  Je partage sur mon site ce qui m’interesse, je cours pas après le matos dernier cri, sauf grosse innovation, je préfère le logiciel, la bidouille et surtout j’essaye d’y mettre du fun. »  Pas de projet de personnal branding donc chez Korben au départ, il n’est pas un chef de projet sorti de l’école voulant être un « bloggeur influent » : « le web ca s’apprend par la pratique, il faut être curieux, il faut réaliser des petits projets, entreprendre, comme ce que je fais actuellement avec la sécurité informatique. »Il reconnait tout de même qu’il n’est pas «  un très bon développeur, [il a] développé dans sa jeunesse mais est un peu rouillé depuis qu’il a commencé à travailler. » Et si cette humilité était la raison de son succès ?

Il  a des trucs à dire : « Euh …. Salut »

« Je n’essaye pas de faire un blog high tech ou geek. Mon blog est éclectique avec uniquement des choses qui m’intéressent. J’ai déjà essayé d’écrire sur des choses qui me plaisent pas pour lancer un blog mais je n’y arrive pas.  Et avec un blog, tu as des contacts mais tu ne deviens pas célèbre. » Et c’est ainsi que l’on devient ce que les journalistes appellent « un bloggeur influent ». Son blog, Korben est un des rares à le monétiser : «  au plus bas, cela rapporte un SMIC », il s’ est adjoint pour cela une régie publicitaire, des adsenses, se paye à l’affichage, ce qui fait varier le revenu d’un mois sur l’autre, ou au forfait pour des one shot lorsqu’on le contacte en direct et que cela l’intéresse.  C’est assez pour le classer dans la catégorie des bloggeurs influents. Mais lui qu’en pense t-il ? «  Quand j’entends ça, ca fait un peu les rois et les péquins moyens qui sont la cour, je trouve cela très péjoratif. Ce n’est qu’une classification donnée par ceux qui ne sont pas familiers d’internet. Sur internet, expert c’est plutôt mal vu. » Comme un Korben Dallas, Korben sait être humble et se faire discret. Pas de politique pour lui sauf si «  les politiques se mêlent d’internet. ».

«  J’ai un intérêt profond pour le hacker au sens noble du terme, c’est-à-dire prendre quelque chose et le détourner pour apporter autre chose. »

Pas de volonté d’user de son influence dans un sens ou dans l’autre.  Pourtant il a conscience de cette influence. Lorsqu’il a annoncé acheter des parts à 33 euros d’une société, mywittygames, dans la journée, les heureux gérants de celle-ci , rencontrés sur le web, ont obtenu les 100 % de capitalisation dont ils avaient besoin. Evidemment, Korben est très sollicité, mais il «  gère bien, je ne parle pas souvent de marques et dès qu’on me force la main, cela me tente moins. » Finalement, c’est à l’envie qu’un blog devient influent. Comme sur twitter qu’il considère « un peu comme la machine à café vu que moi je suis seul dans mon boulot » , il ne se renie pas pour faire du personnal branding : «  je ne me prends pas la tête, je n’essaye pas d’être ce que je ne suis pas, d’être corporate. » . CQFD, un homme normal sur le web, on vous dit ! Humble l’a-t-il toujours été ? «  Dans ma jeunesse, c’était difficile de me faire reconnaitre mes torts, mais ca m’est vite passé. Maintenant, si c’est justifié je corrige systématiquement. » Il l’explique même à ses clients. Reconnaître ses torts est une règle d’or sur internet. Lui, a appris sur le tas qu’il vaut mieux «  montrer du doigt son erreur avant que quelqu’un d’autre le fasse ». Ce n’est pas de la transparence, c’est de la prévoyance. Mais qui fait remarquer ses erreurs à Korben ? « Le principe de mon boulot est de vulgariser. Je m’adresse à Mme Michu donc j’explique en faisant des références via wikipédia pour les mots complexes par exemple. Je reçois des commentaires de papys de 70 ans qui me disent qu’ils ne comprennent pas tout mais qu’ils aiment bien. Mais il y a aussi les experts avec qui il faut faire attention. On dit chiffrement et pas cryptage, on dit pirater et pas hacker. Ils sont impitoyables avec moi. Alors la vie normale du site, c’est que je m’excuse et que je corrige quand la remarque est justifiée. »

C’est qui ton modèle en dehors de Bruce Willis ?

Manuel n’est pas du style à répondre à cette question par le très fameux «  Yipikaï pauvre con. ». Il n’aime pas que Bruce dans ses œuvres. Il est fan de séries, regardant autant Californication, Breaking Bad que Spartacus. Il avoue avoir trouvé le Seigneur des Anneaux « magnifique mais j’ai rien compris »  et avoir le même problème avec Harry Potter.  Finalement, c’est bien des États-Unis que Korben tire sa ressource, et il en cherche beaucoup ! « Ce que je veux, c’est du concret, des choses qui interviennent dans la vie des gens. »  Alors tous les matins il ouvre son Netvibes «  parce qu’il ne se fait pas au mode en ligne de googlereader », et se plonge dans sa vision en bloc d’une trentaine de sites qui lui servent de sources. Il ne lit ni Mashable ni Techcrunch qu’il trouve «  chiants à mourir ». Il ouvre Geekology, Linux, Torrentfreak, ou autrefois Downloadsquad.  Et des sites français ? Numérama et feu RWW. L’information provient en général des USA, ayant un temps d’avance sur nous. Et surtout, « les blogs français manquent de fun », l’information «  n’a d’intérêt que si le mec l’a testée lui-même. »  Alors pourquoi lire Korben, ce geek normal des montagnes ? «  J’essaye de faire de la pédagogie sur de l’information exotique. Sinon je m’ennuierai à l’écrire ou à la lire. Je donne des bases aux gens et après, ils se débrouillent. » Merci Manuel, on file de ce pas se débrouiller.

Pour retrouver les autres portraits du Web Mis à Nu.


Tags: ,

--------------------------------------------




À propos de Abeline Majorel

Voir tous les articles de Abeline Majorel
Mieux vaut donner le fantasme de ce qu’on est plutôt que la vérité de ce qu’on est pas. En vérité, Abeline Majorel n’est ni rédactrice ni programmeuse, ni ingénieur ni philosophe. Peut être a-t-elle été ancienne secrétaire du SMC, ou peut être pas … Peut être est elle la fondatrice de Chroniquesdelarentréelittéraire.com et sa community manager et consultante spécialisée dans l’édition ou … journaliste spécialiste de l’interview intime. Peut être est elle Mireille Dumas ou peut être est elle la fille spirituelle de Jeff Bezos … ou peut être rien de tout cela. Elle met pour nous le web à nu mais elle surement pas ! Retrouvez également Abeline sur Twitter : @AbelineM

10 Responses to “Portrait du grand Korben/ Le Web Mis à Nu #12” Subscribe

  1. PixelsBoy 14/09/2011 at 15:04 #

    Superbe cet article! Je lis Korben depuis longtemps, et c’est très fidèle! Bon c’est vrai que beaucoup d’articles contiennent des fautes d’orthographes mais l’information est très croustillante pour les noobs de mon genre! Longue vie à son blog d’info!

  2. Denis-Quentin Bruet 14/09/2011 at 15:34 #

    Ouai, c’est green, Korben ;-)

  3. Pépère 14/09/2011 at 21:24 #

    Un portrait sur un ton un peu plus original que ce que j’ai pu lire sur le monsieur. Je fais partie de ceux qui viennent quasi quotidiennement faire un tour sur son blog. Un de mes blogs préférés assurément.

  4. il Bigi 15/09/2011 at 08:29 #

    Trop fort le Korben !

  5. Nourcy 20/09/2011 at 15:20 #

    Tonton président !! Oui les groupies de Korben sont partout.
    Très sympa à lire cet article merci.

  6. ravaged 20/09/2011 at 15:32 #

    @PixelBoy : il n’y a pas que chez korben qu’il y a des fautes d’orthographe :
    (juste dans le dernrier paragrpahe)

    “le Seigneur des ANNNeaux ”
    “chiantS à mourir”
    “Et surtout, « les blogs français manquent de fun » et surtout, l’information” répétition
    Sinon je m’ennuieraiS ”

    C’est une généralité sur le web.

    Sinon bon article, content d’en apprendre plus à chaque fois.

  7. lee 20/09/2011 at 21:45 #

    Je lisais Korben de temps en temps, et depuis que je l’ai ajouté à mes RSS, j’arrête plus :)

  8. SANGIMED 20/09/2011 at 22:49 #

    Cool l’article :D
    PS: je suis du genre à repérer les fautes d’orthographes, mais là les gars (@Pixelsboy et@ravaged) chapeau bas :P

  9. actualinet 21/09/2011 at 09:19 #

    Vraiment très intéressant comme article, on en apprend un peu plus sur Mister Korben… Merci beaucoup! C’est vrai que la prose de Manuel est particulièrement intéressante à lire, on a l’impression qu’il ne se prend pas la tête à écrire tout ça, on sent bien qu’il aime ce dont il parle, et c’est certainement une des clés de sa réussite de bloggueur.
    Korben Powaaa ;-)

  10. Jean Tycipe 31/10/2011 at 19:09 #

    bon, OK, il vous a plu ? ….
    j’ai peut-etre lu en diagonale mais j’y ai rien compris.
    SVP on peut savoir qui c’est et de quoi ça cause ??
    désolé.

Leave a Reply