Stefan Sorgner : “Est-il possible d’augmenter l’homme… moralement ?”

Stefan Sorgner lance le débat sur l'augmentation morale. Prophète du meilleur des mondes ?
Article par : Association Française Transhumaniste : Technoprog!


Le dimanche 22 janvier à la Cantine, de 9H30 à 20H30, venez faire vos prédictions apocalyptiques sur notre avenir lors d’une session de conférences et de débat organisée par l’Association Française Transhumaniste: Technoprog! en partenariat avec Silicon Maniacs. Cliquez-ici pour vous inscrire dès maintenant sur la page de la Cantine pour venir débattre avec les transhumanistes de l’AFT.

A cette occasion, vous pourrez écouter et débattre avec Stefan Sorgner qui interviendra sur la question de l’augmentation humaine. Mais ici, pas questions de bras bioniques ou de transformations diverses, non, Stefan Sorgner s’intérèsse à l’augmentation… morale. Rencontre avec un prophète du meilleur des mondes, par  Anouar El Hajjami.

Transhumanisme et post-humanisme

Certains droits réservés par malam?s

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Je suis le Docteur Stefan Lorenz Sorgner, philosophe et maître de conférences au Département « Histoire et Éthiques de Médecine » à l’Université d’Erlangen-Nuernberg (Allemagne). Durant ma double formation germano-britannique, j’ai découvert le transhumanisme dans un environnement anglo-saxon, avec une forte dimension bioéthique. Je suis aussi profondément marqué par la philosophie allemande et continentale, raison pour laquelle je vois le posthumanisme comme une combinaison du postmodernisme continental (cf. Gianni Vatimo) et d’un certain naturalisme Anglo-Américain (cf. Wolfgang Welsch). C’est une approche que l’on pourrait qualifier de « métahumaniste » car elle va au-delà de l’humanisme chrétien et Kantien, et se situe entre le transhumanisme et le posthumanisme. Meta signifie aussi bien l’au-delà que l’intermédiaire.

Actuellement, mon champ de recherche recouvre les technologies d’augmentation (augmentation génétique, augmentation neuronale) et les « technologies Cyborg ».

Quelle est votre définition du Transhumanisme et quelle différence faites-vous entre Transhumanisme et Posthumanisme ?

Le transhumanisme est un mouvement qui puise suis racines dans les sciences naturelles et qui est fortement influencé par la théorie de l’évolution de Darwin et l’utilitarisme de Mill. Le transhumanisme est une perception de l’histoire selon laquelle les sciences naturelles nous aident continuellement à améliorer notre qualité de vie et à nous adapter à notre environnement. L’augmentation humaine est considérée comme bénéfique, ce qui rend l’émergence d’un Posthumain encore plus probable.

Cela dit, les transhumanistes ont une vision différente de la posthumanité. Nick Bostrom par exemple, considère que le posthumain appartient à l’espèce humaine mais a, au moins une caractéristique en sus, qui le rend différent des autres individus composant cette espèce.

FM 2030 lui, considère que le posthumain n’appartient pas à l’espèce humaine mais peut être perçu comme une nouvelle espèce avec des origines technologiques humaines.

On peut situer géographiquement l’un et l’autre mouvement en affirmant que le transhumanisme est plutôt Anglo-Américain tandis que le posthumanisme s’inscrit dans la tradition philosophique euro-continentale. Bien que les philosophes européens n’aient pas encore directement traité la question du posthumanisme, on peut très bien considérer des penseurs comme Foucault, Lyotard, Vattimo et Welsch comme les ancêtres de cette pensée. Aujourd’hui, les promoteurs les plus signifiants du posthumanisme sont issus des Cultural Studies (Donna Haraway, Katherine Hayles).

Historiquement donc, le posthumanisme est une extension du postmodernisme. D’où la rupture complète des dualités dans la pensée posthumaniste (âme/corps, nature/culture, matière/idée, bien/mal).

Mais bien que transhumanisme et posthumanisme soient issus de deux traditions différentes, ces courants de pensée partagent leur rejet du dualisme, un questionnement continuel de ce qu’est l’être humain et un intérêt évident pour les technologies émergentes et leurs impacts sur l’Homme. Maintenant en ce qui concerne les différences entre les deux mouvements, les transhumanistes revendiquent l’utilisation des technologies de l’augmentation tandis que les posthumanistes sont beaucoup moins intéressés par l’augmentation humaine et se montrent même critiques à à cet égard. Quand la préoccupation principale des transhumanistes est la dimension éthique, le souci majeur des posthumanistes est d’ordre anthropologique. Enfin, les deux mouvements ont été considérablement influencés par les réflexions Nietzschéennes et Darwiniennes.

L’augmentation morale

PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Certains droits réservés par ★ spunkinator

Votre intervention durant la prochaine conférence à Paris abordera un sujet très particulier. Qu’est-ce que l’« augmentation morale » concrètement ?

Le débat sur l’« augmentation morale » est assez récent et m’a été inspiré par les travaux de Julian Savulescu, Tom Douglas et Molly Crocket. L’un des questionnements en relation avec l’ “augmentation morale” est de savoir s’il serait favorable d’augmenter moralement les êtres humains par le biais de certaines drogues, d’interfaces reliant le cerveau à l’ordinateur ou d’autres technologies de pointe. Une des problématiques les plus importantes est aussi la définition même d’augmentation humaine et de ce qui peut être jugé comme tel.  Est ce qu’il est possible d’ “augmenter moralement” déjà ? Peut-on toujours considérer une modification comme augmentation si celle-ci, en même temps qu’elle améliore certaines capacités, réduit le pouvoir de contrôle sur son comportement? Ce débat a été lancé très récemment et j’espère pouvoir développer cette réflexion dans les années à venir.

Vous pensez qu’il existe déjà des cas d’ “augmentation morale” de nos jours ? Si oui, auriez-vous des exemples ?

Je suis particulièrement intrigué par le travail de recherche qu’a entrepris Molly Crocket à l’Université de Cambridge. En donnant du citalopram à des patients sains, il était possible d’augmenter leur taux de serotonine. Durant l’expérience, elle a prodigué à ses patients des doses variables de serotonine et les a conviés à jouer au Jeu de l’Ultimatum et au Dilemme du Trolley. Les résultats de l’expérience ont été présentés de la manière suivante: Plus la charge de sérotonine est importante, moins les patients sont enclins à faire du mal aux autres individus, ce qui a conduit Crocket à conclure que les comportements au sein de la société peuvent être améliorés grâce à cette voie.

Des chercheurs universitaires comme John Harris et Sarah Chan de l’Université de Manchester ont critiqué ces conclusions, et je dois dire que j’ai également quelques doutes concernant son argumentation.

Vous dites que votre travail a été, en partie, influencé par Julian Saulescu et sa théorie sur les risques existentielles suscités par les technologies. Pouvez-vous présenter cette théorie pour ceux qui ne connaissent pas Savulescu ?

Julian Savulescu souligne qu’au vu des possibilités incroyables que vont nous permettre les technologies émergentes dans un avenir proche, est ce qu’il ne serait pas temps de nous demander si nous n’avons pas besoin de nous augmenter moralement d’abord, avant d’envisager de nous ouvrir à des perspectives aussi immenses. C’est là où le débat sur les risques existentiels s’impose, nous savons par exemple que nous serons bientôt capables de modifier des virus et d’en créer de nouveaux, qui pourront s’avérer hautement dangereux pour l’Homme et pour la planète. En tenant compte de ces nouvelles possibilités, il est aujourd’hui crucial de s’assurer que les scientifiques qui travaillent sur ce genre d’expériences aient un comportement moral qui nous garantit que de telles technologies seront entre de bonnes mains.

Pour que le progrès technologique ne se retourne  pas contre les intérêts des êtres humains, la moralité des ingénieurs et des scientifiques devrait être améliorée en premier lieu. Et comme les mesures éducatives ne semblent prouver aucune efficacité en ce qui concerne le développement d’une morale dans l’exercice de fonctions à haute responsabilité, utiliser des drogues, des interfaces cervico-numériques et autres dispositifs technologiques, devient une possibilité à envisager.

Je trouve les différents problèmes suscités par la question de l’augmentation morale vraiment fascinants, pertinents et ambitieux, et j’espère que des échanges intenses auront lieu entre chercheurs, experts et scientifiques autour de cette question. Ce n’est que de cette manière-là que l’on pourra aboutir à des solutions plausibles aux problèmes posés.

Propos recueillis et traduits par Anouar El Hajjami.

——————————————————————————————————

Le dimanche 22 janvier à la Cantine, de 9H30 à 20H30, venez faire vos prédictions apocalyptiques sur notre avenir lors d’une session de conférences et de débat organisée par l’Association Française Transhumaniste: Technoprog! en partenariat avec Silicon Maniacs. Cliquez-ici pour vous inscrire dès maintenant sur la page de la Cantine pour venir débattre avec les transhumanistes de l’AFT.

INSCRIVEZ-VOUS SUR LE SITE DE LA CANTINE —–> ICI

Tags: ,

--------------------------------------------




À propos de Association Française Transhumaniste : Technoprog!

Voir tous les articles de Association Française Transhumaniste : Technoprog!
l'Association Française Transhumaniste est la branche française de H+. Elle se donne pour but de débattre des nouvelles technologies et de leur impact sur la vie : allongement de la durée de vie, interface cyborg, intelligence artificielle… Parce que la réflexion transhumaniste questionne ce que sera l’homme de demain, ils nous livrerons deux fois par mois une chronique sur l’actualité : le Futur prend la plume sur Silicon Maniacs !

No comments yet.

Leave a Reply